Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 14:50
Les véritables résultats des élections régionales

Encore une fois l’abstention a été très forte pour ce premier tour des élections régionales. Peu commenté, ce chiffre est rapidement relegué au rang d’information de seconde importance une fois les résultats connus. Et pour cause, une abstention massive tend à décrédibiliser le principe des élections et donc le système républicain lui même. Encore moins commenté que l’abstention, il existe une donnée qui ne semble interesser personne et qui vient considérablement nuancer le résusltat des élections. Il s’agit des non inscrits, ces Français en âge de voter mais qui ne sont inscrits sur aucune liste électorale. Ils représentent pourtant plus de 6 millions de personnes, soit 12% de la population majeure en France.

Bien qu’aucun média de grande diffusion ou aucune statistique officielle ne les référencie, il est facile de calculer leur nombre en retranchant le nombre d’inscrits du total de la population majeure que fournie l’INSEE par sa pyramide des âges (voir addendum). Aussi il faut bien garder en tête que le corps électoral potentiel est de 51,5 millions d’individus, contre 45,3 millions d’inscrits. En recalculant les résultats en accord avec cette base, nous obtenons le graphique suivant, qui illustre de manière fidèle les votes et non votes des Français.

Elections régionales 2015

A la vue de ce graphique, que se gardera bien de vous montrer la presse de grande diffusion, on se rend rapidement compte de l’illégitimité des élections et donc des groupes politiques de gouvernement. En additionnant les non inscrits, les abstentionnistes et les bulletins blancs et nuls, on obtient 58% de Français qui ne se reconnaissent dans aucun des partis en lice.

Par ailleurs, malgré une exposition médiatique permanente et des moyens financiers colossaux, les « grands » partis politiques ne parviennent pas à dépasser 12% pour le FN, 10% pour le PS et 11% pour l’UMP. Ainsi, même une alliance nationale des trois plus grands partis de France ne représenterait potentiellement qu’un français sur trois ! Cela prouve, s’il en était besoin, à quel point les français sont lassés du jeu politique républicain. Baptiste Mannaia _____________________________________________________________________________________________ Addendum du 8/12/15 à 10h55 : La statistique fournie par l’INSEE dans sa pyramide des âges concerne la population vivant en France et non la population française. Pour obtenir la population française, il faut donc en retrancher les étrangers vivant en France et y ajouter les Français vivant à l’étranger. Les étrangers vivant en Fance sont 4,2 millions et les Français vivant à l’étranger sont 3,5 millions.

A défaut de plus d’information, on part sur l’hypothèse que le pourcentage des plus de 18 ans est le même pour ces populations que pour la population de la France, soit 77,7%. On obtient donc une base de Français majeurs de 51 millions d’individus (et non 51,5 millions comme indiqué dans l’article) et un nombre de non inscrits de 5,7 millions. Le total des abstentionnistes, non inscrits et blancs et nuls passe donc à 57% au lieu de 58%. Le total UMP&Co passe de 11% à 12%. Les scores du PS et du FN reste à 10% et 12%, les changements après la virgule n’étant pas reportés car les nombres sont arrondis à l’unité. Veuillez trouver ci-dessous le tableau récapitulatif des données sources :

Catégorie nombre de voix pourcentage des français majeurs source

Absention 22 689 039 44% ministère de l’intérieur, le 7/12/15 à 12h

Blancs et Nuls 901 571 2% ministère de l’intérieur, le 7/12/15 à 12h

Non Inscrits 5 693 142 11% Calcul de l’auteur

Front National 6 018 672 12% ministère de l’intérieur, le 7/12/15 à 12h

PS & Co 5 086 020 10% ministère de l’intérieur, le 7/12/15 à 12h

UMP & Co 5 914 687 12% ministère de l’intérieur, le 7/12/15 à 12h

EELV 1 440 226 3% ministère de l’intérieur, le 7/12/15 à 12h

PCF 337 390 1% ministère de l’intérieur, le 7/12/15 à 12h

Front de Gauche 541 409 1% ministère de l’intérieur, le 7/12/15 à 12h

DLF 827 262 2% ministère de l’intérieur, le 7/12/15 à 12h

Autres 1 313 436 3% ministère de l’intérieur, le 7/12/15 à 12h

UPR 228 929 0,4% ministère de l’intérieur, le 7/12/15 à 12h

TOTAL 50 991 783 100%

Repost 0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 20:24

Résultats des élections régionales 2015 sur Mésanger :

Inscrits : 3 262

Votants : 1662 50,95 %

Blanc : 53

Nuls : 45

Exprimés : 1 564 94,19 %

2015 2010

Gannat 416 26,59 % 8,12 % (FN)

Denigot 22 1,40 %

De Jessé 77 4,92 %

Pagano 26 1,66 %

Le Beller 25 1,59 %

Retailleau 481 30,57 % 29,84 % (UMP)

Clergeau 385 24,56 % 35,16 % (PS)

Bringuy 108 6,90 % 14,48 % (EELV)

Parisot 24 1,53 %

Nous ne préférons pas faire de commentaire car les résultats nous semblent dénués de réflexion.

Repost 0
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 14:12

La candidate FN à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie s'agace que le quotidien régional prenne position contre elle.

C'est une qui insupporte Marine Le Pen. «Pourquoi une victoire du FN nous inquiète», titre ce lundi la Voix du Nord, le quotidien emblématique de la région, tiré à plus de 200.000 exemplaires.

Une prise de position tranchée alors que le premier tour des élections régionales se tiendra dimanche et que Marine Le Pen est donnée gagnante dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie par tous les sondages.

La Voix du Nord ne touche pas directement de subventions

«C'est profondément scandaleux. Ils ont fait deux pages aujourd'hui et ils feront aussi deux pages demain de tract, car c'est un tract pour le Parti socialiste», a réagi la présidente du Front national invitée lundi sur RTL. «Mais il ne faut pas s'en étonner», a glissé l'eurodéputée pour qui il s'agit là de la «contrepartie aux neuf millions d'euros de subventions touchés (par La Voix du Nord) du Conseil régional socialiste» pendant l'ensemble de la dernière mandature.

Pour la candidate, la prise de position du quotidien «pose un vrai problème éthique (et) déontologique». Elle s'est interrogée sur «ces médias qui en réalité, sont achetés par un exécutif et qui le moment venu rendent la monnaie de l'énorme subvention touchée». Et de laisser entendre que si elle est élue à la tête du Conseil régional, elle supprimera les aides touchées par La Voix du Nord: «Ça ne correspond pas à un intérêt régional (...)

C'est pour ça qu'ils nous attaquent, ils cherchent à défendre leur subvention». Mais au sein du groupe de presse, on précise «que les subventions évoquées par Marine Le Pen ne concernent pas le journal La Voix du Nord, mais des aides à la production pour des courts et longs métrages ensuite diffusés sur la chaîne de télévision Weo, qui appartient au groupe Rossel-La Voix».

Jean-Michel Lobry, le patron de Weo, confie son inquiétude au Scan: «Nous sommes la première télévision locale de France, animée grâce à 33 collaborateurs, nous animons le territoire et nous avons une légitimité populaire». Sans participation de la région à la production des contenus diffusés par Weo, la chaîne menace de disparaître. «Pourtant nous organisons de nombreux débats et les candidats du FN sont toujours très heureux d'y participer», ajoute Jean-Michel Lobry.

Marine Le Pen doit justement participer le 9 décembre prochain à un débat d'entre-deux tours (dont Le Figaro est co-organisateur) dans les locaux de la chaîne.

«Un problème avec la liberté d'opinion» A gauche, les réactions sont vives. «J'observe avec effroi que le quotidien la Voix du Nord fait à présent l'objet de menaces de la part de Marine Le Pen (...) Je retiens que la liberté de la presse version Front National, ce sont des journaux aux ordres, sous peine de sanctions», s'insurge le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner (PS), originaire de la région. Proche de Martine Aubry, le député PS François Lamy estime que Marine Le Pen a «toujours un problème avec la liberté d'opinion et d'expression de la presse».

Maire de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Steeve Briois (FN) demande sur Twitter au groupe de presse de «rendre l'argent» touché. Quant au vice-président du FN, Florian Philippot, il ironise: «La Voix du Nord va perdre tous ses lecteurs patriotes puis viendra pleurnicher. Triste affaire. Seul le professionnalisme paie».

Repost 0
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 08:05
Le FN n'a pas changé.

Marine Le Pen veut faire croire que le FN a changé. Son idéologie aurait évolué et il ne serait plus un parti violent, raciste et antisémite. Cette stratégie de dédiabolisation parfois complaisamment relayée par les médias ne renvoie pourtant pas à la réalité.

Premièrement, certains fondateurs du Front National ont été condamnés à la Libération pour collaboration (l’un d’eux était par exemple un ancien caporal de la division SS Charlemagne), tandis que d’autres fondateurs ou membres actifs du FN appartenaient à des groupuscules d’extrême-droite violents et néofascistes. Marine Le Pen tente d’enterrer ces parcours infamants. Mais un parti fondé par de telles personnes peut-il réellement changer, surtout lorsqu’elles n’ont jamais été reniées ?

La réponse est non ! Marine Le Pen poursuit ce qui a été initié par son père et fondateur du FN, Jean-Marie Le Pen. Alors que Marine le Pen affirme qu’elle ne tolère pas les propos racistes ou antisémites tenus par son père, elle continue pourtant à s’entourer de personnes ayant œuvré très activement dans les cercles les plus abjects de l’extrême droite. Voter FN, cela continue à signifier que l’on vote pour la violence, le racisme et l’antisémitisme.

Par exemple, Axel Lousteau, candidat FN aux élections régionales dans les Hauts-de-Seine fêta son 40ème anniversaire en faisant le salut nazi. Proche de Marine Le Pen, il était un militant actif du GUD. Et ce n’est pas une exception : Philippe Péninque, conseiller politique de Marine Le Pen également membre du GUD mais aussi d’Ordre Nouveau. Frédéric Chatillon, un proche de Marine Le Pen et patron de l’agence de communication Riwal, prestataire de services pour le Front national, est l’ancien leader du GUD et un admirateur de … Mussolini. Steeve Briois, vice-président du Front national, est un ancien de l’Œuvre Française. Un beau panel …

Le GUD, c’est ce groupuscule très connu qui s’est surtout illustré, depuis sa création en 1968, par son attachement particulier à la violence. Le GUD c’est le « Groupe d’Union Défense » dont deux membres ont récemment été condamnés à de la prison ferme pour violences volontaires à caractère raciste. Mais le GUD, c’est aussi ce bon vieux groupe qui réunissait le 21 novembre les partis nationalistes européens dans une soirée festive où saluts nazis et t-shirt « 88 » pour « Heil Hitler » étaient de rigueur. Si Marine Le Pen a un discours plus lisse que celui de son père, le parti n’a pas changé et les personnes qui le composent actuellement sont dans la continuité de ceux qui l’ont fondé.

Pour plus d’informations sur les différents groupuscules dont ont été membres les personnes qui conseillent aujourd’hui Marine Le Pen, cliquez ici .

Avant de voter pour ce parti familial, il faut réfléchir aux compétences des membres de la liste car ce sont eux qui vont diriger la Région Pays de la Loire pendant 6 ans. Ils n'ont aucun programme ni aucune vision pour l'avenir de notre région. Ils ne connaissent pas les compétences régionales, ils se basent exclusivement sur les enjeux nationaux. Ce n'est pas la même chose. La sécurité n'est pas régionale (sauf dans les lycées, mais cela c'est déjà fait), Pôle emploi n'est pas régional, les routes ne sont pas régionales, l'accueil des migrants n'est pas régional (c'est l’État qui décide), ...

Ils vous mentent en prétendant qu'ils changeront quelque chose, le conseil régional n'en pas le droit. C'est cela la vérité !!!

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 12:06

Elections régionales : enjeux et fonctionnement

Les 6 et 13 décembre prochains, les Français se rendront aux urnes pour élire leurs conseillers régionaux. Une échéance électorale dont beaucoup semblent se désintéresser.

En Pays-de-la-Loire, au premier tour des élections régionales de 2010, le taux d'abstention s'élevait à 51,76 %. Il semblerait que tout le monde ne soit pas au fait du fonctionnement de ce scrutin et de ses enjeux. C'est donc le moment de faire le point.

Depuis 2004, les conseillers régionaux sont élus au scrutin proportionnel avec un système de listes.
Concrètement, des listes régionales sont constituées avec un candidat en tête de liste et des sections départementales. Tous les habitants d'une même région auront des bulletins de votes identiques. Ensuite, le vote peut se dérouler en un ou deux tours :

- L'élection se fait en un tour si un parti obtient la majorité absolue le 6 décembre. Il obtient alors d'emblée 25% des sièges. Les autres sièges sont attribués à la représentation proportionnelle, selon la règle de la plus forte moyenne, à toutes les listes qui ont obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés.

- L'élection s'effectue en deux tours. Seules les listes ayant obtenu plus de 10% des suffrages exprimés peuvent se présenter. Le parti qui arrive en tête se voit attribuer 25% des sièges et les autres sont répartis à la proportionnelle, s'ils cumulent au moins 5% des suffrages.

Premier scrutin depuis la réforme territoriale.

Ces élections sont les premières depuis la nouvelle carte des régions dessinée par la loi du 16 janvier 2015. Si certains territoires ont fusionné, le nombre de conseillers régionaux reste inchangé.
En région Pays-de-la-Loire, qui n'a pas été touchée par cette réforme, il seront 93 à siéger au conseil régional. Élus pour six ans, ces conseillers régionaux interviennent dans de nombreux domaines. D'autant plus depuis la loi du 7 août 2015 qui renforce la compétence des régions. Ils sont notamment en charge du développement économique, des lycées, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur, des transports ou encore de l'aménagement du territoire.

10 listes en Pays-de-la-Loire

Dans la région Pays-de-la-Loire, 10 listes se présentent au premier tour :

- TOUS UNIS POUR LES PAYS-DE-LA-LOIRE, LA GAUCHE ET LES ÉCOLOGISTES AVEC CHRISTOPHE CLERGEAU (PS-PRG-Écologistes) Christophe Clergeau – 1er vice président de la région Pays-de-la-Loire

- LISTE D'UNION DE LA DROITE ET DU CENTRE (LR-UDI), Bruno Retailleau – Sénateur LR de la Vendée et président du groupe LR au Sénat

- PARTAGEONS PLUS QU'UNE RÉGION (EELV), Sophie Bringuy – Vice présidente du conseil régional des pays-de-la-Loire

- LISTE FRONT NATIONAL, Pascal Gannat – secrétaire départemental FN de la Sarthe

- L'HUMAIN D'ABORD (PCF, FDG, MRC, Divers Gauche), Alain Pagano – secrétaire départemental PCF du Maine-et-Loire et conseiller municipal à Angers

- DEBOUT LA FRANCE, Cécile Bayle de Jessé - conseillère municipale de Mamers

- LUTTE OUVRIÈRE, FAIRE ENTENDRE LE CAMP DES TRAVAILLEURS, Eddy Le Beller - salarié STX à Saint-Nazaire

- CHOISIR NOS RÉGIONS ET RÉUNIFIER LA BRETAGNE, Gilles Denigot - ancien docker syndicaliste et ancien conseiller municipal EELV à Saint-Nazaire.

- UNION POPULAIRE RÉPUBLICAINE, Alain Parisot – Cadre commercial nantais

- LISTE COMMUNISTE, Olivier terrien - aide-soignant en Loire-Atlantique

À partir du 10 novembre, chaque candidat est invité sur les ondes de Prun' à échanger sur son programme pour la région. Toutes les interviews seront disponibles en podcast sur le site de la FRAP.

Repost 0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 10:20

Dans deux mois aura lieu les élections régionales. Un tour d’horizon en cinq points de ses domaines d’intervention.

 

Le club des 13. Créées en 1982, les Régions sont des institutions encore jeunes. Remodelées cette année, elles passeront de 22 à 13 au 1er janvier 2016. Ces fusions visent à créer des régions de dimension comparable aux Länder allemands ou à la Catalogne.

Les régions voient leurs compétences renforcées, mais ce n’est pas la révolution escomptée. Le mille-feuilles administratif est loin d’être simplifié. Tout le monde continuera à faire un peu tout, mais dans un cadre fixé par la région, ce qui limitera les incohérences.

 

1 Développement économique et emploi

S’il y a un domaine où le rôle de la Région est boosté, c’est celui du développement économique et de l’emploi. Ses décisions s’imposent aux autres collectivités ; dans son schéma de développement (SRDEII), elle précisera les orientations en matière d’aides aux entreprises, à l’innovation, à l’investissement immobilier.

Elle peut soutenir les entreprises en difficultés, mais pas seulement. Elle peut subventionner les organismes qui aident à la création de sociétés. Elle contribue au financement des structures d’insertion professionnelle, peut participer aux maisons de l’emploi… Elle devient le stratège de l’économie et de l’emploi.

 

2 Transports et mobilité

C’est le premier poste de dépense, en grande partie avec la charge du TER (Train express régional). Elle achète les trains, paie les cheminots qui travaillent sur ces lignes, l’entretien et la modernisation des lignes. Nouveauté, outre les TER, toute la chaîne des transports en dehors des agglomérations est transférée aux régions : les gares routières, les transports interurbains par cars. Et puis le transport scolaire. Autant de compétences dont elle pourra néanmoins confier l’exercice aux Départements, communes ou intercommunalités.

 

3 Aménagement, santé…

Avec le développement économique, c’est en matière d’aménagement du territoire que la Région voit le plus son rôle s’étoffer. Elle élaborera un schéma où figureront les orientations en matière d’aménagement durable, de mobilité, de lutte contre la pollution, de maîtrise de l’énergie, de logement. Ce schéma sera opposable aux communes et intercommunalités auquel les fameux PLU ou SCOT devront se conformer.

En matière d’environnement, la Région devra élaborer un plan de prévention et de gestion des déchets, aura à sa charge l’entretien des cours d’eau qui lui sont transférés.

 

4 Lycées et formation

Les lycées sont à eux seuls le deuxième poste de dépense. Alors avec la formation continue, l’apprentissage, la recherche, l’enseignement supérieur, c’est de très loin le volet le plus coûteux.

La Région construit et réhabilite les lycées, finance les équipements, la restauration scolaire.

Elle cofinance et copilote la formation permanente. Elle définit et met en œuvre la politique d’apprentissage et de formation professionnelle. Elle s’occupe de la formation des chômeurs, des travailleurs sociaux et des professions paramédicales. La formation après le collège, c’est elle.

 

5 Culture, sports, tourisme

La culture et le sport restent des compétences partagées entre les collectivités. La Région s’occupe des musées régionaux, des archives, des bibliothèques régionales, de l’archéologie préventive, des enseignements artistiques (écoles d’arts, conservatoires…). Nos régions financent leur orchestre respectif. En sport, elle a à sa charge les équipements sportifs pour les lycéens. Elle subventionne nombre d’associations et clubs, soutient les sportifs de haut niveau.

 

Il y a également des compétences optionnelles, mais il faut attendre les élections pour connaître celles que les élus de la majorité régionale prendront.

Repost 0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 18:22
Régionales 2015 : les enjeux dans les Pays de la Loire

La région est détenue par le PS. Le vice-président du conseil, Christophe Clergeau, a été investi par la gauche. Bruno Retailleau (LR) est son adversaire.

Les élections régionales de décembre 2015 dans les Pays de la Loire pourraient bien donner un affrontement classique droite-gauche. La région est détenue par le PS, qui a investi Christophe Clergeau comme tête de liste. Vice-président du conseil, il a reçu le soutien d'élus locaux de poids tels que le président sortant Jacques Auxiette et l'ancien maire de Nantes et ex-Premier ministre Jean-Marc Ayrault. De plus, 85 % des militants socialistes adhèrent à sa candidature.

En face, la droite compte bien reprendre cette région perdue en 2004 et mise sur Bruno Retailleau, un ancien compagnon de route de Philippe de Villiers. Sa candidature est officialisée depuis janvier dernier. Président du conseil général de Vendée, il vise donc l'échelon local supérieur. Il a d'ailleurs été critiqué par son ancien mentor souverainiste qui l'accuse de délaisser la Vendée pour la région. Bruno Retailleau est un représentant de la Droite dure. Conservateur, il s'est opposé avec virulence au Mariage pour tous.

Dynamisme économique

Le Front national, lui, a investi Pascal Gannat, l'ancien chef de cabinet de Jean-Marie Le Pen de 1988 à 1992. Il a atteint 38 % des voix au second tour des élections départementales dans le canton de Château-du-Loir dans La Sarthe, et compte bien sûr la proportionnelle pour faire gagner des sièges à son parti pour les régionales. Quant au mouvement EELV, il aura pour chef de file la vice-présidente du conseil régional Sophie Bringuy.

Au même titre que sa voisine de Bretagne, les Pays de la Loire n'ont pas fait l'objet de réunification avec une autre région. Peuplé de près de 3,6 millions d'habitants, ce territoire de 32 082 km2 est l'un de ceux qui ont le mieux résisté à la crise économique, selon l'Insee.

Le chômage (8,6 %) et le taux de pauvreté (11,4 %) se situent en dessous de la moyenne nationale. Les conditions climatiques agréables de cette région sont une aubaine pour les productions agricoles, et donc indirectement pour le développement des industries agroalimentaires

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 10:50
Encore 15 jours ....

Vous pouvez toujours vous inscrire sur les listes électorales. Votre avenir dépend de votre choix. Plus d'abstention égal plus d'extrémisme.

Repost 0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 11:04

~~ A moins de six mois des élections régionales, les députés ont définitivement adopté, mercredi 8 juillet, une proposition de loi, qui, espèrent-ils, pourrait contribuer à limiter l’abstention lors du scrutin des 6 et 13 décembre. Normalement closes au 31 décembre de l’année précédant le vote, les listes électorales seront exceptionnellement rouvertes jusqu’au 30 septembre.

Selon les députés socialistes à l’origine de la proposition de loi, cette mesure exceptionnelle se justifiait par le délai trop long (près d’un an) entre la précédente clôture des listes (le 31 décembre 2014) et les élections.

Cette mesure permettra à ceux qui auraient déménagé depuis le 1er janvier, qui auraient obtenu le droit de vote ou qui ne seraient pas encore inscrits sur les registres communaux, de le faire et de glisser un bulletin dans l’urne en décembre.

Selon deux chercheurs de l’Observatoire du changement politique, près du 3 millions de Français disposant du droit de vote ne sont inscrits sur aucune liste électorale, soit 7 % du corps électoral français.

lemonde.fr

Repost 0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 19:00

 

Dans un souci de transparence et d'égalité, nous vous faisons un récapitulatif des élections régionales des 14 et 21 mars 2010 sur la commune de Mésanger.

 

Au 1er tour :

 

Nombre d’inscrits :      3 083

Nombre de votant :     1 421

Suffrage exprimé :      1 354

 

                                                                                                                     

 

TITRE DES LISTES

TETE DE LISTE

NOMBRE DE VOIX

Total et par bureau

Tous ensemble, la gauche vraiment

Marc GICQUEL

47 (17 – 16 – 14)

Lutte ouvrière

Eddy LE BELLER

27 (9 – 15 – 3)

La gauche en action

Jacques AUXIETTE

476 (208 – 174 – 94)

Europe écologie Pays de la Loire

Jean-Philippe MAGNEN

196 (85 – 61 – 50)

Pays de la Loire Démocrates

Patricia Gallerneau

63 (28 – 20 – 15)

Nous te ferons Bretagne

Jacky FLIPPOT

31 (9 – 10 – 12)

Front national

Brigitte NEVEUX

110 (44 – 42 – 24)

Agir vraiment

Christophe BECHU

404 (147 – 138 – 119)

 

 

 

Au 2ème tour :

 

Nombre d’inscrits :      3 083

Nombre de votant :     1 537

Suffrage exprimé :      1 448

 

 

 

Titre des listes

Tête de liste

Nombre de voix total

Bureau 1

Bureau 2

Bureau 3

La gauche et l’écologie en action

Jacques AUXIETTE

812

354

279

179

Agir vraiment

Christophe BECHU

636

228

238

170

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog des élus de la minorité municipale de Mésanger.
  • : Outil des élus de Mésanger Citoyens Solidaires, ce blog vous informera sur nos interventions, nos propositions au conseil municipal. C’est aussi un espace d’échange qui vous est dédié. Intervenez, proposez, commentez l’actualité de notre commune. Nous serons plus efficace, plus en phase avec vos préoccupations.
  • Contact

Texte Libre